PORTAIL DES CCN 

Vous trouverez ci-dessous des ressources provenant 
des six centres de collaboration nationale.

Filtrer par:

Filtres

Le Portail réunit une sélection non exhaustive de ressources provenant des six CCN. Pour faire une recherche, cliquez sur Sujet, Type de ressources, CCN ou Compétence essentielle.

Notez bien : certaines ressources n'ont pas été indexées pour inclure les Compétences essentielles de l'ASPC.

portal entry image

Risques pour la santé et la sécurité associées à la culture personnelle de cannabis à domicile

Selon le projet de loi édictant la Loi sur le cannabis (2017), les adultes auront le droit de faire pousser un maximum de quatre plantes de cannabis par ménage. Cette disposition a un double objectif : favoriser l’équité en facilitant l’accès au cannabis légal, surtout dans les régions où il est difficile de s’en procurer chez un détaillant; et couper l’herbe sous le pied du marché noir. Or, la culture et la transformation du cannabis à l’intérieur pourraient engendrer ou exacerber certains risques pour la santé environnementale dans le domicile.

Le présent document décrit des risques pour la santé et la sécurité que pourrait poser la culture personnelle après la légalisation, c’est-à-dire la culture domestique légale. Bien que d’intérêt public, les éléments probants présentés ici ont été synthétisés et organisés à l’intention des responsables des politiques, des décideurs, des agents de santé environnementale, des médecins hygiénistes (ou médecins conseil en santé publique) et d’autres professionnels de la santé publique. Notre revue se veut donc un point de départ pour l’étude de mesures préventives à grande échelle et à portée régionale visant à atténuer les risques potentiels de la culture domestique pour la santé environnementale.

En savoir davantage
portal entry image

Reconnaître et gérer les risques pour la santé publique des aires de jeux d’eau

Les aires de jeux d’eau, aussi appelées parcs de jeux d’eau, aires de jeux aquatiques ou aires de jets d’eau, ont gagné en popularité au cours de la dernière décennie. Ces parcs interactifs sont des dépressions ou des bassins artificiels où de l’eau est vaporisée, aspergée ou versée sur les visiteurs; l’eau ne peut pas s’accumuler, car elle s’écoule immédiatement hors de l’aire de jeux. Les aires de jeux d’eau ont deux modèles de base, qui ne présentent pas les mêmes risques pour la santé publique. Les aires sans recirculation ou à eau continue rejettent l’eau directement dans les eaux usées et présentent un risque assez faible pour les usagers, puisqu’elles sont conçues pour utiliser de l’eau potable. En revanche, les aires à recirculation recueillent l’eau dans un réservoir souterrain, la traitent et la réutilisent. Cela pose un risque accru de contamination et de transmission de maladies, qui peut être atténué par une conception et une exploitation adéquates.

L’objectif du présent document est de décrire les risques pour la santé publique associés aux aires de jeux d’eau, les facteurs qui y contribuent et les pratiques qui peuvent les atténuer, et de résumer le cadre de réglementation actuel pour ces installations. Il se concentre sur les risques épidémiologiques plutôt que sur les dangers physiques comme les chutes, les coups de chaleur et les lacérations aux pieds.

En savoir davantage
portal entry image

Guide concis d’évaluation du cadre de surveillance du monoxyde de carbone et d’intervention dans les établissements de soins prolongés

Le guide se veut une ressource pour les professionnels de la santé publique, les chefs d’entretien d’établissements ou d’installations, les gestionnaires des risques, les hygiénistes du travail, les cliniciens et les autres employés d’établissements de soins prolongés (établissements de soins pour bénéficiaires internes, maisons de soins infirmiers, résidences pour personnes âgées, établissements de soins, etc.)

En savoir davantage
portal entry image

Hiérarchisation des données probantes en vue d’évaluer les risques chimiques pour la santé du gazon synthétique

Ces 40 dernières années, le gazon synthétique est devenu chose courante dans les lieux publics et privés. Comparativement au gazon naturel, il est facile d’entretien, nécessite moins d’eau et aucun engrais, en plus d’offrir un accès aux surfaces de jeu à l’année. Il présenterait donc d’importants avantages pour la santé publique, puisque l’activité physique et l’accès aux espaces récréatifs seraient facilités; il manque toutefois de recherches approfondies sur ces bienfaits. Le gazon synthétique comporterait aussi des inconvénients allant des risques environnementaux (p. ex., lessivage de substances chimiques dans les cours d’eau) aux dangers physiques (p. ex., exposition à la chaleur et taux accru de blessures), en passant par les dangers toxicologiques. La perception publique des risques associés au gazon synthétique a pris de l’ampleur en raison d’un récent documentaire selon lequel il y aurait une incidence accrue de cancer chez les jeunes adultes s’adonnant au soccer sur du gazon synthétique. En raison de cet usage répandu et des préoccupations croissantes du public, on demande souvent aux agences de santé publique de comparer les risques et les avantages des terrains de gazon synthétique. Cette activité s’avère toutefois difficile compte tenu du nombre relativement peu élevé d’études s’intéressant aux effets du gazon synthétique sur la santé. De plus, les données sur la présence ou la libération de certains composés toxiques sont souvent abordées sans que soient présentés les scénarios d’exposition. Le présent document vise à faciliter la prise de décisions en santé publique : nous y présentons les forces et les faiblesses des méthodes d’étude des risques chimiques du gazon synthétique, et nous nous intéressons aux façons dont ces études contribuent à approfondir notre connaissance des risques pour la santé du gazon synthétique.

En savoir davantage
portal entry image

Guide de mise en œuvre du cadre de surveillance du monoxyde de carbone et d’intervention dans les établissements de soins prolongés

Le présent document se veut un guide pour les professionnels de la santé publique, les chefs d’entretien d’établissements ou d’installations, les gestionnaires des risques, les hygiénistes du travail, les cliniciens et les autres employés d’établissements de soins prolongés (établissements de soins pour bénéficiaires internes, maisons de soins infirmiers, résidences pour personnes âgées, établissements de soins, etc.) qui aimeraient mettre en place un programme de réduction des risques d’exposition au monoxyde de carbone (CO) à l’intérieur pour les résidents et le personnel. Il donne un aperçu du cadre de surveillance du monoxyde carbone et d’intervention (le « cadre »), du motif de sa mise en œuvre dans les établissements de soins prolongés, des étapes suggérées pour la mise en œuvre et des ressources modèles. Les renseignements fournis dans ce document devraient être adaptés selon le contexte et les ressources propres à chaque organisation.

En savoir davantage
portal entry image

Bains flottants : considérations pour la santé publique environnementale

La flottaison est une activité de méditation lors de laquelle les usagers flottent dans une solution de sel d’Epsom très dense, dans un environnement sombre et silencieux. Les bains flottants ne sont pas comme les piscines et autres sources d’eau utilisée à des fins récréatives; c’est pourquoi des questions ont été soulevées quant à la nécessité et à l’efficacité de diverses méthodes de désinfection. Malgré un manque de données probantes directes, les épreuves et études de terrain sur l’élimination des pathogènes dans l’eau utilisée à des fins récréatives semblent appeler à la vigilance en ce qui concerne l’utilisation du peroxyde d’hydrogène (H2O2) et des rayons ultraviolets (UV) comme méthode de désinfection. Les bains flottants ne semblent pas comporter de risque en soi, mais il faudra effectuer d’autres études dans des conditions normales d’exploitation et dans les pires conditions possibles afin de déterminer les pratiques exemplaires.

En savoir davantage
portal entry image

Trousse d’outils du CCNSE pour l’enquête sur les moisissures

Lorsque le public appelle les inspecteurs de santé publique (ISP) et les agents de santé environnementale (ASE) à enquêter sur la présence de moisissures en milieu intérieur, leurs attributions et leurs lignes de conduite diffèrent d’une région du Canada à l’autre. Certains ISP ou ASE n’effectuent qu’une première inspection sommaire, d’autres font une enquête approfondie, alors que d’autres encore informent le public sur les mesures à prendre sans procéder eux-mêmes à une évaluation sur le terrain. La présente trousse d’outils apporte aux ISP et aux ASE quelques-uns des outils nécessaires pour déceler la présence de moisissures (et d’autres micro-organismes) en milieu intérieur, pour donner des informations, pour réaliser des inspections sommaires et pour interpréter les rapports d’analyse de laboratoire et les rapports de consultants qu’ils pourraient être appelés à examiner. Elle est destinée à évoluer au fur et à mesure que de nouvelles informations et de nouveaux outils deviennent disponibles. Le CCNSE compte s’assurer le concours des ISP, des ASE et des experts du domaine pour la tenir à jour et maintenir son utilité.

En savoir davantage

Inscrivez-vous aux nouvelles des six CCN en santé publique*

*Je consens à recevoir de l’information sur les travaux des Centres de collaboration nationale en santé publique (CCNSP). Les informations recueillies sur la province, le pays, l'appartenance organisationnelle et le titre professionnel des abonnés servent uniquement aux fins de planification ou d'évaluation du programme ou des activités des CCNSP. Vos informations personnelles ne seront ni divulguées, ni vendues, ni transmises à des tiers. Veuillez acheminer toute question au sujet de la collecte de données personnelles à (204) 318-2583 ou à communications@nccph-ccnsp.ca.