Portail

french news entry image

Les CCN tiennent une rencontre nationale afin d'explorer les rôles de la santé publique en santé mentale et mieux-être mental

Catégories:

Partenariat centré sur la santé mentale positive et le mieux-être mental

On sait pertinemment que la santé mentale et le mieux-être mental représentent une priorité pour la santé publique. L’an dernier, en réponse aux besoins émergents exprimés par les parties prenantes du milieu de la santé publique, les six Centres de collaboration nationale (CCN) en santé publique ont publié une collection de ressources sur la promotion de la santé mentale des populations chez les enfants et les jeunes – un apport substantiel à la base de connaissances existante. En 2018, les CCN se sont appuyés sur ces efforts pour tenir une rencontre nationale en vue d’explorer les rôles de la santé publique en matière de promotion de la santé mentale et du mieux-être mental.

Le 28 février 2018, les CCN, en partenariat avec l’Agence de la santé publique du Canada, le Centre de toxicomanie et de santé mentale, l’Association canadienne pour la santé mentale et la Commission de la santé mentale du Canada, ont convié à Gatineau (Québec) 70 dirigeants d’organismes de santé publique, de santé mentale et de santé autochtone des provinces et territoires du Canada. Articulée autour du thème « La promotion de la santé mentale et du mieux-être des populations : clarifier les rôles de la santé publique », la rencontre de deux jours avait pour objectif d’aborder la santé des populations et plus particulièrement les déterminants et les catalyseurs de la santé mentale positive et du mieux-être. Le concept de la santé mentale positive comporte de multiples dimensions et se distingue de la maladie mentale en ce qu’il exprime les dimensions affectives, psychologiques et sociales. Bien que l’approche de la santé d’un point de vue holistique qui englobe la santé mentale positive n’a fait son apparition que récemment dans la vision du monde occidentale, elle a toujours été au cœur de la vie des populations autochtones. C’est dans cet esprit que le forum a servi à jeter intentionnellement un pont entre les connaissances autochtones et non autochtones. Les CCN et leurs partenaires ont sollicité la participation de représentants de la Thunderbird Partnership Foundation, de l’Université de Toronto, de Santé publique Ottawa, de l’autorité de la santé de la Saskatchewan, de l’Institut national de santé publique du Québec et du ministère de la Santé de la C.-B. au comité consultatif mis sur pied pour l’activité.

Les CCN, en concertation avec le comité consultatif, ont élaboré une charte de la rencontre. Ce document explique la compréhension générale quant au contexte actuel en matière de santé mentale des populations et de mieux-être au Canada, y compris la nécessité de clarifier les rôles à jouer par la santé publique.

Je suis enthousiate par rapport au partenariat qu’encouragent les CCN avec les acteurs de la santé. Une approche de santé publique permettra de soutenir la promotion du mieux-être mental durant toutes les étapes de la vie d’une personne et du développement de la famille. Elle aidera à équilibrer l’orientation clinique sur la maladie mentale seulement une fois que l’on constate la gravité du cas. [Traduction libre]

-Patrick Smith, chef de la direction national, Association canadienne pour la santé publique

Rôles et besoins en santé publique mentionnés par les conférenciers et les participants

Les présentations des conférencières Margaret Barry de la National University of Ireland Galway et Carol Hopkins de la Thunderbird Partnership Foundation ont donné le coup d’envoi de la rencontre. La synergie entre les deux présentations ne faisait aucun doute. Mme Barry a présenté les concepts et les processus d’élaboration et d’instauration des politiques en matière de promotion de la santé mentale des populations. Mme Hopkins a présenté le cadre du continuum du mieux-être mental des Premières Nations.

Carol Hopkins, directrice générale de la Thunderbird Partnership Foundation, a déclaré : « J’ai trouvé les présentations d’une grande valeur et très rigoureuses, parce que les perspectives autochtones et non autochtones et les connaissances sur les Autochtones y formaient un tout. » [Traduction libre]

La deuxième journée comportait des panels de discussion, suivis de séances de travail en petits groupes. Les présentations reflétaient l’expérience et les connaissances spécialisées cumulées dans de nombreux secteurs, y compris les secteurs autochtones, de bienfaisance et gouvernementaux. Elles ont donné aux participants matière à approfondir lors des séances en petits groupes.

Durant la rencontre, les participants ont mentionné plusieurs rôles qui pourraient être exercés en santé publique en matière de promotion de la santé mentale positive, par exemple les suivants :

  1. Mener et encourager le changement de paradigme d’un intérêt uniquement réservé à la maladie mentale pour considérer également le mieux-être sociétal, collectif et familial.
  2. Incorporer et intégrer les connaissances, les cadres d’action, les façons de savoir, les types de données probantes et les processus autochtones.
  3. Reconnaître et intégrer une main-d’œuvre plus large, en y incluant les Aînés autochtones.
  4. Mobiliser et partager les connaissances à l’ensemble des secteurs, en interagissant et en travaillant en partenariat avec les différentes parties prenantes.
  5. Communiquer et plaider pour des ressources qui aideront à remédier aux iniquités et à faire la promotion de la santé mentale.
  6. Mesurer l’impact et les résultats à l’aide d’indicateurs et de processus d’évaluation participatifs, fondés sur les forces et pertinents du point de vue culturel.

D’autres discussions ont fait ressortir que, pour produire un effet positif, il faut en santé publique :

  • établir un système de reddition de comptes et un calendrier d’action à long terme, y compris des normes en matière de promotion de la santé mentale;
  • mettre en place des structures de financement souples, collaboratives, spécifiques et détaillées;
  • s’entendre sur la nécessité de faire la promotion de la santé mentale dans l’ensemble des secteurs et sur les lacunes dans les pratiques courantes;
  • renforcer le perfectionnement professionnel et la capacité en matière de promotion de la santé mentale, y compris les compétences générales (p. ex., relativement aux compétences culturelles, à la promotion de la santé, et les approches fondées sur les forces et la participation);
  • véhiculer des valeurs d’équité, de confiance, de tolérance par rapport l’ambiguïté et de courage moral institutionnel;
  • maintenir la capacité d’instaurer des politiques;
  • compter sur des réseaux, des plaques tournantes et des communautés de la pratique;
  • disposer d’outils d’application des connaissances et de référentiels;
  • connaître les processus de recherche participative, y compris les processus dirigés par les membres de la collectivité;
  • compter sur une plus vaste gamme de paradigmes d’évaluation et de suivis;
  • dresser un dossier d’investissement pour orienter en amont la promotion de la santé mentale et du mieux-être.

 

Pascale Mantoura, responsable du contenu pour le forum des CCN et conseillère scientifique au CCN sur les politiques publiques et la santé (CCNPPS), a commenté comme suit l’importance de clarifier les rôles et les besoins de la santé publique :

La main-d’œuvre de santé publique est bien placée pour collaborer, établir des partenariats avec d’autres acteurs, être à l’écoute des besoins de la collectivité, ainsi que pour défendre, instaurer et évaluer les politiques, les programmes et les initiatives en matière de déterminants sociaux de la santé mentale à divers échelons tout au long du parcours de vie. La rencontre nous aide à clarifier les rôles, à créer des réseaux, et à former ensemble la main-d’œuvre requise pour favoriser la santé mentale positive. 

Inscrivez tout de suite les prochaines activités à votre agenda

Participez à Santé publique 2018, et venez assister avec nous à un atelier qui renforcera les connaissances, la passion, l’engagement et l’énergie qui émanaient en abondance lors du forum :  

Working together on a shared agenda: the NCCs and their partners discuss the roles of public health in population mental health promotion  (travailler ensemble à un programme commun : les CCN et leurs partenaires discutent des rôles de la santé publique en matière de promotion de la santé mentale) (30 mai 2018, de 9 h à 10 h 30)

À noter! L’appel de présentations a maintenant été lancé dans le cadre du 3e congrès annuel de l’Association canadienne pour la santé mentale qui se tiendra à Montréal du 22 au 24 octobre 2018. Le programme du congrès devrait comprendre un volet particulier sur le rôle de la santé publique en matière de santé mentale des populations.

Téléchargez les ressources dont il a été question durant la rencontre

Visitez notre page sur le projet en matière de promotion de la santé mentale des populations pour télécharger la charte de la rencontre, la version PDF ou PPP des présentations données et la liste des propositions de lectures faites par les partenaires de la rencontre.

D’autres ressources connexes